La pilule pourrait interférer avec la mémoire des femmes

first_imgLa pilule pourrait interférer avec la mémoire des femmesSelon des chercheurs de l’Université de Californie, la pilule pourrait modifier la manière dont les femmes mémorisent des informations. Sous contraception, celles-ci se rappelleraient moins des détails que de l’impact émotionnel que l’évènement a eu. Prise par plus de 60% des Françaises, la pilule contraceptive fonctionne en agissant sur les quantités d’hormones, oestrogènes et progestérone, libérées par l’organisme. Or, si les scientifiques avaient déjà découvert qu’un tel traitement interférait avec de nombreux processus organiques, c’est un nouvel effet que viennent de révéler des chercheurs de l’université de Californie. Dans la revue Neurobiology of learning and memory journal, ceux-ci expliquent que la pilule modifierait également la manière dont les femmes parviennent à mémoriser des informations ou un évènement.À lire aussiInfarctus : définition, signes et symptômes, causes, comment réagir face à un infarctus ?En effet, les scientifiques avaient déjà révélé que les oestrogènes et la progestérone étaient impliqués dans les capacités des femmes à se rappeler des évènements de manière logique, rappelle le neurobiologiste Larry Cahill. Mais cette action suscitait de nombreuses questions auxquelles ce chercheur et son équipe ont décidé de répondre. Pour cela, ils ont étudié comment des femmes sous contraceptifs se rappelaient d’un accident de voiture, comparé à d’autres qui présentaient un cycle menstruel naturel, explique le Daily Mail.  L’émotion prime sur les détails Ils se sont alors aperçus que les sujets qui prenaient la pilule se souvenaient davantage des aspects traumatisants de l’accident, à savoir que celui-ci impliquait un jeune garçon et que les médecins avaient dû lui remettre les deux pieds. Au contraire, les autres femmes sans contraceptif, se rappelaient plutôt des détails de l’évènement, par exemple, qu’il y avait une bouche d’incendie à côté de la voiture. “C’est une modification du type d’informations dont elles se rappellent, pas un déficit de mémoire”, précise le chercheur Shawn Nielsen impliqué dans ces travaux. Selon les chercheurs, cette découverte pourrait alors, au moins en partie, expliquer pourquoi les hommes mémorisent les informations d’une manière différente que les femmes ne le font. Le 12 septembre 2011 à 10:09 • Maxime Lambertlast_img

Recommended Reading

Discuss

Your email address will not be published. Required fields are marked *